Saint vénéré à Magnac-Laval : Saint-Maximin
 
Saint-Maximin est né à la fin du IIIe siècle. La tradition fixe son lieu de naissance à Mouterre-Silly, dans le Poitou. Très vite, il part pour Trêves, attiré par la réputation de son évêque Agritius. Vers 330, à la mort de celui-ci, Maximin est élu évêque de Trêves. En tant qu’évêque d’une des capitales impériales, il occupe un rang éminent. Les témoignages contemporains, notamment celui de Saint-Jérôme, soulignent l'importance du personnage et sa renommée. Il est notamment réputé pour avoir pris fermement parti pour l'orthodoxie chrétienne et s’être opposé à l'arianisme au moment des intenses conflits et rivalités que connaît alors l’Empire. Il tient tête aux évêques ariens ainsi qu’à l’empereur, et affirme sa position en accueillant les évêques Athanase d'Alexandrie et Paul de Constantinople, chassés de leurs sièges épiscopaux. Il mourut au plus tard au début de l’an 347. La tradition le fait mourir sur ses terres du Poitou où il serait venu rendre visite à sa famille. C’est là que prend place l’épisode légendaire du rapt de ses reliques.
  
Une nuit, les gens de Trêves, désireux que leur évêque repose dans leur cité, soustraient son corps à l’attention des poitevins et prennent le chemin de Trêves. S’étant aperçus de la supercherie, les poitevins partent à leur poursuite. La légende situe la rencontre à Magnac-Laval où les foudres du Ciel mettent fin aux débats : la sanction divine est tombée, c’est à Trêves que Maximin reposera.
 
Les reliques de Saint-Maximin sont partagées principalement entre l’église de Pfalzel, près de Trêves, et Magnac-Laval.
 
Le 12 septembre 1659, avec la permission de l’évêque de Limoges, l’évêque de Sarlat, François de Fénelon, alors en résidence au château de Magnac, procède à la dédicace du nouvel autel majeur en l’honneur de Saint-Maximin, cérémonie qui s’accompagne d’une élévation de reliques. En 1897, à la suite d’un pèlerinage à Trêves sur les pas de Saint-Maximin, le curé de Magnac, l’abbé Henri Vigier, commande un nouveau reliquaire pour les reliques de Saint-Maximin et fait réaliser un enfeu monumental pour les abriter.
 
Ses principales fêtes sont : le 29 mai (mort du saint) ; le dimanche de Pentecôte (ostension des reliques dans la ville) ; le lundi de Pentecôte (Grande Procession de Neuf Lieues) ; le 12 septembre (translation des reliques).