Saint-Eloi

 

Enfant de Chaptelat, orfèvre de grand talent, homme d'Etat, homme d'Eglise et Saint.

 

Eloi naît vers l’an 588, à Chaptelat, en Limousin. Jeune homme, il manifeste du goût pour le travail des métaux. Il est mis en apprentissage chez un orfèvre de Limoges.

Peu de temps après, il se rend à Paris et entre au service d’un orfèvre renommé qui reçoit des commandes du palais royal. Il est remarqué par le Roi Clotaire II car, sans frauder, il va réussir à fabriquer deux trônes avec l’or fourni pour un seul.

Le Roi est séduit par son honnêteté et sa grande piété, et il le prend à son service.

Il devient un conseiller très écouté et est même chargé de gérer les finances royales.

A la mort de Clotaire II, en 629, son fils Dagobert devient Roi. Il nomme Eloi ministre de la chancellerie, avant de devenir évêque de Noyon et Tournai en 641.

Saint-Eloi fonde l’abbaye de Solignac, au sud de Limoges, puis à Paris avec Sainte-Aure, un couvent féminin dédié à l’apôtre de l’Aquitaine, Saint-Martial de Limoges. Il crée aussi de nombreux monastères : Gand, Péronne, Chauny, Ourscamp, Homblières.

Il meurt le 1er décembre 659, à Noyon. Il est inhumé près de l’église dédiée à Saint-Loup de Troyes.  Personnage réel, il est devenu au fil des siècles un héros de légendes et l’un des saints les plus populaires de la chrétienté occidentale.

Il est le patron de nombreuses corporations liées au travail des métaux comme les orfèvres, les bijoutiers ou les forgerons.

La tradition veut même qu’avant d’être maître orfèvre, il aurait été un maréchal ferrant. Un jour, afin de ferrer plus à l’aise le sabot d’un cheval rétif, il lui aurait coupé la patte, l’aurait placée sur son enclume et l’aurait rajustée sans difficulté !
Il est souvent représenté avec des tenailles et un marteau surmonté d’une couronne, une enclume et un fer à cheval.

Peu de saints sont plus populaires que Saint-Eloi. Sa fête se célèbre deux fois par an :
– La Saint-Eloi d’hiver, le 1er décembre,
– La Saint-Eloi d’été, le 21 juin (pour la translation de ses reliques).

Nombreuses sont aujourd’hui, de par l’Europe, les confréries dédiées à Saint-Eloi qui perpétuent le souvenir et la vénération de ce grand saint au service de la société. La Confrérie de Saint-Eloi en Limousin, à Chaptelat, en est l’une d’entre elles.